Air Celebration, La libération a toujours été là.

Session 04 - Meditation 02 - "Je suis"

19/08/2014


Fichier MP3
(pour l'enregistrer sur votre ordinateur, faites un clic droit sur le fichier, puis "enregistrer la cible sous")
    


On va commencer en s’installant confortablement, et on va se placer au sein de l’observateur, en observant au choix une partie du corps, les pensées, peu importe ce qui est observé, simplement se placer au sein de l’observateur…

Rappelez-vous que vous n’avez pas à chercher l’observateur, puisque la notion de « j’existe » est placée au sein de l’observateur, donc simplement, je dirais, vous laisser aller à l’observation, sans vous impliquer au niveau de ce qui est observé…

Et je vous propose, une fois que vous êtes placé au sein de l’observateur, de voir si vous pouvez vous mettre à distance de l’observateur, et je dirais observer l’observateur…


Alors, ce sera peut-être simplement un ressenti, une sensation, mais effectivement, étant extrait de l’observateur pour l’observer vous amène à des perceptions différentes, plus subtiles que celle de l’observateur…

Vous pouvez constater à ce moment-là qu’il y a une paix, une tranquillité… et que ce que vous êtes est placé en cette paix, en cette tranquillité…

La notion d’exister est toujours là… Mais rendu à cet endroit, vous pouvez dire « je suis », mais vous ne pouvez rien ajouter derrière… il n’y a ni la sensation d’être une personne, ni la sensation d’être un observateur, juste « je suis »…

Si à un moment donné, vous vous retrouvez à nouveau projeté au sein d’une personne, laissez-vous ramener à la source du « je suis », simplement parce que ce que vous êtes peut, je dirais même, est en permanence présent, ce « je suis » est en permanence présent. Sans le « je suis », vous ne pouvez pas observer, vous ne pouvez pas être une personne. Et là on voit que le « je suis » est je dirais Vérité, tandis que « je suis ceci » ou « je suis cela », c’est une réduction de ce que je suis. C’est un peu comme mettre un masque ou projeter une image afin de se faire croire que nous sommes cette image…

Si vous êtes solidement en « je suis », vous pouvez repérer quelques marqueurs : la paix, la tranquillité, comme on l’a dit tout à l’heure… la disparition de la sensation d’être une personne. Vous pouvez avoir une modification des perceptions au niveau du corps, et également visuelles.

Si vous vous sentez solidement en « je suis », vous pouvez essayer d’ouvrir les yeux… et constater que la vision est comme troublée, comme panoramique… Si ce n’est pas le cas lorsque vous ouvrez les yeux, refermez les yeux et restez en profondeur au sein du « je suis »…

Lorsque vous êtes placé en « je suis », et que la sensation d’être une personne a disparu, alors vous ne pouvez que reconnaître, en le vivant profondément, que ce que vous appeliez les autres, les autres personnes, ont disparu également. Il y a toujours des corps, des fonctionnements, mais ce que vous voyez, c’est « je suis », que vous appeliez ceci « je suis », le « Soi », « l’Un », peu importe. La manière dont vous vous reconnaissez est exactement la même que la manière dont vous reconnaissez ce qui jusqu’à présent était les autres. Ce n’est pas un processus mental, c’est un pur ressenti, une reconnaissance directe : vous êtes… à la fin de l’illusion d’être une personne, personne en vous, et personne ailleurs…

[ silence ]

Vous pouvez au fur et à mesure que le « je suis » se renforce, ou plutôt que votre sens du « je suis » se renforce, vous pouvez constater qu’il y a une forte expansion… une expansion qui vous permet peut-être d’englober l’ensemble de la Création…

Peut-être pouvez-vous reconnaître que le « je suis » qui est la source de votre sentiment « j’existe » est également à l’origine de l’ensemble de la Création, que tout est en « je suis », que tout est « je suis », en totalité…

Cela peut vous amener à reconnaître que vous êtes la totalité du monde, et que vous ne pouvez plus faire de différence entre vous et le monde, ou vous dans le monde…


Alors, on va en rester là pour aujourd’hui. Doucement, vous allez ouvrir les yeux, en restant solidement en « je suis ». Et en accueillant l’ensemble de ce qui est perçu en « je suis », il n’y a pas nécessité d’oublier « je suis » pour pouvoir à nouveau fonctionner au sein du corps. Le corps est une émanation de « je suis », l’ensemble du monde est une émanation de « je suis ».

J’attire simplement votre attention sur le fait qu’à un moment ou à un autre - peut-être c’est déjà intervenu -, le mental va chercher à récupérer ce vécu, et que vous avez le choix à ce moment-là de le suivre, en laissant ré-émerger le sens d’être une personne, ou vous avez la possibilité de laisser faire. Quel pourrait bien être le sens d’essayer de cataloguer, définir ce que vous êtes ?... Et il est probable que dans les temps qui viennent, il y ait des moments où le sens « j’existe » va réapparaître au sein de la personne, c’est là que votre vigilance est importante.

Vous avez deux manières de vivre les expériences qui sont proposées à chaque instant : soit en les vivant au sein de la personne, en essayant d’en favoriser certaines par rapport à d’autres, soit en les vivant comme une grâce qui vous est faite à chaque moment de vérifier votre positionnement : êtes-vous, ou avez-vous chargé sur le dos de ce que vous êtes une personne ? Avez-vous chargé un prénom, un corps, une histoire ? Et la Grâce viendra systématiquement vous permettre, je dirais, de vérifier, valider avec vous, que simplement vous êtes, et vous présentera systématiquement les sujets auxquels vous adhérez, jusqu’au moment où vous aurez simplement « je suis ».


 
 
Guidée par Air
http://air-celebration.org